Trois conseils innovants pour surmonter sa peur de l’échec

Comment surmonter ma peur de l’échec ? Cette question vous trotte peut-être souvent dans la tête, et vous n’êtes pas le/la seul(e). Et si la peur d’échouer est normale, elle peut aussi se transformer en véritable phobie.

En effet, la kakorraphiophobie ou la peur de l’échec est une des peurs les plus répandues.

C’est même un mal-être typique de notre époque.

Pourquoi ?

  • Car nous sommes à l’aire de tous les possibles, à une époque où les plus jeunes entrepreneurs n’ont même pas encore dépassé la barre des 10 ans (avec un salaire nettement plus élevé que ce que la plupart d’entre nous pourrions un jour espérer gagner).
  • Car nous vivons dans un pays où la réussite est survalorisée et où l’échec est difficilement accepté (contrairement aux États-Unis qui ont une vraie culture de l’échec).
  • Car plus on voit les autres réussir, plus on se compare. Et plus on se compare, moins on a confiance en soi, moins on a d’estime de soi, et plus on a peur d’échouer (et donc on procrastine par la même occasion), et plus on échoue… c’est un cercle vicieux.

Cette peur de l’échec exacerbée, on la doit donc beaucoup au monde qui nous entoure.

Mais ça ne veut pas dire pour autant qu’il faut rester les bras croisés et se lamenter sur son sort 🙂

C’est pourquoi je vous livre aujourd’hui trois conseils innovants pour surmonter la peur de l’échec :

I – ARRÊTEZ DE SABOTER VOTRE PILOTE AUTOMATIQUE

Votre inconscient

Votre pilote automatique, c’est votre inconscient. Vous pouvez faire beaucoup de choses avec, de belles comme de très mauvaises.

L’une des pires erreurs à faire avec, c’est de lui répéter à longueur de journée des phrases comme :

  • Je suis nul(le).
  • J’y arriverai jamais de toute façon.
  • La réussite, c’est pas fait pour moi.
  • Je mérite pas de réussir.
  • Et puis en plus, j’ai rien de spécial.
  • Certaines personnes sont tellement meilleures que moi dans mon domaine.

Chaque phrase de dévalorisation = une bombe lancée tout droit sur votre inconscient.

Et ça, pour la peur de l’échec et la confiance en soi, c’est loin d’être la meilleure des stratégies…

À chaque fois que vous prononcez l’une de ces phrases, votre inconscient reçoit ce message : « Il/elle n’a pas envie de réussir. Mettons tout en place pour qu’il/elle échoue. »

La solution ?

  • 1ère étape : Arrêter.
  • 2ème étape : remplacer ces phrases par des affirmations positives du type : « J’ai cet objectif et je vais tout faire pour y arriver ».

Attention cependant, à mon sens, les affirmations positives doivent être réalistes. On voit souvent des coachs conseiller aux personnes qu’ils accompagnent de se répéter des affirmations positives telles que « Je suis le/la meilleur(e) », « Je suis le/la plus beau/belle », « J’ai une confiance absolue en moi ».

Mais si vous n’y croyez pas un minimum, cela risque de vous agacer plus qu’autre chose ! (et de vous faire culpabiliser de ne pas réussir à avoir aussi confiance en vous que vous ne le prétendez, ou de ne pas vous porter autant d’estime que vous l’affirmez)

Attention : Arrêter du jour au lendemain les affirmations négatives n’est pas tâche aisée. Plus vous vous y entrainerez, et plus cela deviendra automatique (car inconscient). Si toutefois cette première étape vous semble trop compliquée, alors c’est que certaines croyances bien plus insidieuses se cachent derrière tout ça. Et pour ça, pas de secrets, la solution c’est la thérapie.

II – DIMINUEZ VOS SOURCES DE GRATIFICATIONS INSTANTANNÉES

Et je pense notamment aux réseaux sociaux.

La gratification instantannée, c’est quand on reçoit une récompense immédiate juste après une action.

Ex :

  • Un j’aime après avoir posté une photo sur les réseaux.
  • Les vidéos très courtes (sur l’application Tik tok notamment).
  • Les épisodes de séries qui se lancent directement après la fin d’un épisode.

Pourquoi ?

Car la gratification instantannée nous envoie le message inconscient qu’on peut tout obtenir en faisant peu d’efforts.

Vous faites le lien avec la confiance en soi, la réussite et la peur de l’échec ?

Si on peut tout réussir avec un minimum d’efforts, tout ce qui demandera des efforts sera perçu comme trop énergivore, voire inutile, voire inatteignable.

Y compris nos objectifs et nos projets.

Car un projet, pour être abouti, requiert de l’investissement, du temps et de la patience.

La solution ?

Il n’y a pas de solution miracle, mais par exemple on pourrait envisager de :

Passer 1h en moins par jour devant les écrans et s’essayer à un loisir qui demande des efforts et de la persévérance pour être « réussi » :

  • Le dessin
  • Le sport
  • L’écriture

III – FAIRE UNE OU PLUSIEURS SÉANCES D’HYPNOSE

L’hypnose n’est pas une solution facile et ne doit pas être envisagée comme un substitut des deux premiers conseils.

Cependant, c’est un bel outil pour aller débloquer les croyances limitantes ou pour reprendre confiance en soi, surtout lorsqu’on sait que notre pilote automatique (= inconscient) est parfois saboté et parasité par nos mauvaises pensées !

Selon la profondeur du problème, une à plusieurs séances pourront être envisagées.

À titre d’exemple, j’ai moi-même fait des séances d’hypnose pour reprendre confiance en moi. Ces séances m’ont beaucoup aidé à comprendre d’où venaient mes blocages et mes peurs, mais également à sortir des cercles vicieux dans lesquels j’étais inconsciemment.

Voilà pourquoi je suis à présent hypnothérapeute 🙂

Si vous voulez en savoir plus sur l’hypnose et sur les séances, je vous invite à cliquer ici. Et pour réserver une séance avec moi, c’est par ici 🙂

À très bientôt !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :