Comment mieux gérer nos émotions ? (partie 2)

(image tirée du dessin animé Vice Versa)

Dans l’article « Comment mieux gérer nos émotions ? (Partie 1)« , nous avons parlé des émotions dites « primaires ». Je vous invite d’ailleurs à aller le lire afin de mieux comprendre la joie, la colère, la tristesse et la peur.

Comment se libérer de nos émotions ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’il est impossible de prendre le contrôle sur une émotion. Si on tente de la faire taire, elle reviendra tôt ou tard, et sans doute de manière bien plus forte.

C’est pourquoi on parle plutôt d’apprendre à « mieux gérer ses émotions ».

Et mieux gérer ses émotions, c’est tout à fait possible. Mais évidemment, ça demande un peu de travail au début.

Nous n’aborderons aujourd’hui 4 émotions (parmi beaucoup d’autres) : la culpabilité, le mépris, la honte et la jalousie.

Pour ce deuxième article, nous allons donc voir comment mieux gérer…

LES ÉMOTIONS SECONDAIRES

I – CONNAÎTRE LEUR RÔLE

  • LA CULPABILITÉ
  • Cette émotion survient lorsqu’il y a un écart entre la personne que l’on souhaiterait être écart et écart les actions que l’on met réellement en place.
  • La culpabilité naît d’un perfectionnisme trop ambitieux. (Santé Magazine)
  • Elle permet aussi de faire la différence entre le bien et le mal.
  • LE MÉPRIS
  • Le mépris est, contrairement aux idées reçues, une réaction de défense.
  • « Celui qui adopte une attitude méprisante à l’égard d’un autre fait comme s’il était « au-dessus » de la situation, non atteint, alors qu’en réalité il est touché. L’attitude méprisante est une réaction de défense: je tiens des propos méprisants ou j’adopte une attitude méprisante parce que j’ai peur de laisser voir ce que je ressens vraiment.
  • Il dissimule parfois aussi d’autres émotions comme la jalousie, la peine ou la colère. Elles révèlent une insatisfaction ou même une blessure. La peur qu’on y retrouve, c’est celle d’assumer cette douleur devant l’interlocuteur méprisé ». (Michelle Larivey, psychologue)
  • LA HONTE

La honte est là pour nous rappeler qu’il y a des normes et des règles à respecter pour être accepté dans un groupe. Elle prévient le rejet.

  • LA JALOUSIE
  • Tout d’abord, il est bon de rappeler que la jalousie est un sentiment comme un autre lorsqu’on sait la gérer. Il n’y a donc rien de honteux à être jaloux.
  • La jalousie est directement liée à l’estime de soi.
  • Une personne qui est souvent jalouse aura souvent une faible estime d’elle-même, liée à un sentiment d’infériorité.

II – METTRE EN PLACE LES BONNES ACTIONS

  • LA CULPABILITÉ
  • C’est un véritable guide. Elle nous indique lorsqu’on agit en harmonie avec vos valeurs ou non. Lorsque vous la ressentez, laissez-la vous traverser. Si vous êtes imaginatif, représentez-vous la (comme dans Vice Versa) : quel aspect pourrait-elle avoir ? Quelle taille ? Quelle couleur ?
(image tirée du dessin animé Vice Versa)
  • Demandez-vous si elle a un message important à vous faire passer en rapport avec la situation.

  • Ressentir de la culpabilité, c’est aussi l’occasion de mettre à jour sa liste d’interdits et de se responsabiliser : cette part de gâteau que vous avez repris et qui vous rend coupable, est-ce un interdit que vous vous êtes imposé vous-même, ou vous l’a-t-on appris ? Et surtout, que voulez-vous en faire à présent ?
  • LE MÉPRIS
  • Le mépris est l’opposé de l’empathie. Si vous ressentez souvent cette émotion (qui est, rappelons-le, une émotion de défense), il est possible que vous ayez des difficultés à tolérer les désaccords, mais aussi à vous connecter aux besoins et ressentis des autres.

  • Le mépris est destructeur pour les deux parties : celle qui le reçoit, mais aussi celle qui l’émet. Plus on est méprisant, plus on refoule de la colère.
  • Tournez-vous vers la CNV (communication non violente) pour apprendre à mieux communiquer vos sentiments et ressentis et ainsi apaiser vos relations aux autres.
  • Un accompagnement pour comprendre ce qu’a à vous dire cette émotion de défense est également une solution à envisager.
  • LA HONTE
  • Essayez de déterminer d’où vient cette honte :
    • Si elle vient d’un de vos comportements, demandez-vous si vous avez réellement dépassé les normes sociales ou si vous vous êtes mis cette barre trop haute : Un enfant qui met ses doigts dans son nez et qui se fait réprimander apprend que son comportement n’est socialement pas acceptable. Petit à petit, il modélise les adultes et comprend de lui-même ce qui est acceptable ou non en société.
    • Mais il arrive que la honte se développe trop et qu’elle crée des blocages bien trop importants. Ex : Avoir honte d’aller aux toilettes en dehors de chez soi et s’en rendre malade ! Dans ces cas-là, un accompagnement est également à envisager pour faire dégrossir cette honte.
  • LA JALOUSIE

La jalousie repose toujours d’une peur de perdre quelque chose ou quelqu’un.

Elle provient dans l’immense majorité des cas d’un manque de confiance en soi.

Il convient donc de travailler sa confiance en soi, de muscler cette partie là de nous pour se sentir capable et/ou digne d’être aimé à sa juste valeur.

Pour aller plus loin avec la confiance en soi, j’ai écrit un article : 3 habitudes pour améliorer ta confiance en toi.

Si vous souhaitez aller encore plus loin, je propose également des accompagnements pour vous aider à (re)trouver cette confiance, qui selon moi, est un élément clé à l’épanouissement.

N’hésitez pas à me contacter via mon site web ou par mail (mayliss.g12@gmail.com).

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Quitter la version mobile